Actualités

La Plateforme réformiste au sein du PS Suisse se prononce sur le nouveau concept économique „Notre économie“ du PS Suisse et sur quelques amendements qui seront tranchés lors du Congrès qui se tiendra à Brugg/Windisch le 1er e le 2 décembre 2018. (Le document de la Plateforme n'existe malheureusement qu'en langue allemande).

La Plateforme réformiste se prononce en faveur de la Loi fédérale relative à la reforme fiscale et au financement de l’AVS (le document n’existe malheureusement qu’en langue allemande). Elle appelle aux membres du PS et à toutes les citoyennes et tous les citoyens de ne pas soutenir le référendum annoncé par diverses groupes.

Suite au débat actuel, le comité directeur communique le 11 août 2018 sa position sur les négociations concernant les mesures d'accompagnement relatives à la protection des travailleurs et travailleuses et l'accord-cadre avec l'UE.

Le 16 janvier 2018, les conseillères nationales Yvonne Feri (Wettingen AG) et Chantal Galladé (Winterthur ZH) avec le conseiller aus Etats Daniel Jositsch (Stäfa ZH) présentent à Berne, lors d'un dialogue avec les médias, un papier de position sur la sécurité publique.

La plateforme rejette de manière déterminée l'initiative populaire fédérale lancée le 4 octobre 2017 par les Jeunesses socialistes (JUSO) «Soulager les salaires, imposer équitablement le capital» (initiative 99%) et enjoint les organes du Parti socialiste suisse à ne pas soutenir ce volte-face par rapport à la politique fiscale éprouvée du parti. 

Le 23 août 2017 sont publiées des réflexions sur le sujet de la numérisation de l'économie - faute de moyens suffisants les contributions n'existent qu'en allemand. 6 thèses et revendications sont présentées sous le titre «Société 4.0: contribuer activement à sa transformation et la considérer comme une chance». Les thèses se basent sur deux papiers de travail: «Façonner la flexibilisation de manière sociale: Nouveaux modèles de l'emploi; durée du travail», rédigé par le Groupe de travail numérisation, et «Comment la numérisation devrait modifier la politique économique du PS Suisse» par Leo Keller, entrepreneur en informatique et membre du PS.

Le document de base révisé fut publié fin juin 2017 en même temps que les résultats de la procédure de consultation (sommaire en français). Initialement la plateforme fut invitée à se présenter directement et abondamment aux membres du PS Suisse dans le journal links.ch. Cette invitation a malheureusement été retirée ce qui ôte une chance de susciter le débat interne au parti.    

Le 27 février 2017 démarre le débat de fond entre les environ 800 personnes qui se sont déjà inscrites sur notre plateforme. La trame du débat est fournie par le projet de document de base de la plateforme réformiste. Celui-ci résume nos valeurs et nos prises de position les plus importantes. Le débat est lancé lors d’un entretien avec les médias qui s’est tenu à Berne et à lequel participaient : Evi Allemann (Conseillère nationale, Berne), Yves Noël Balmer (Député au Grand Conseil, Herisau AR), Pascale Bruderer (Conseillère aux Etats, Nussbaumen AG), Erich Fehr (Maire, Bienne), Yvonne Feri (Conseillère nationale, Wettingen AG), Chantal Galladé (Conseillère nationale, Winterthur ZH), Tim Guldimann (Conseiller national, Zurich), Daniel Jositsch (Conseiller aux Etats, Stäfa ZH), Nicola von Greyerz (Députée au Grand Conseil, Berne), Hans Peter Wessels (Conseiller d'Etat, Bâle), Tobias Wiederkehr (Assistant universitaire, Berne).

Le 14 décembre 2016, nous avons mis en ligne une plateforme destinée à coordonner les forces réformistes au sein du PS. Rien qu’en 48 heures, déjà plus de 600 personnes se sont inscrites sur notre site.

Le 3 décembre 2016, un papier de position sur la «démocratie économique» est soumis au congrès du PS suisse qui se tient à Thoune. En séance, Pascale Bruderer (Conseillère aux Etats PS du canton d’Argovie) dépose une proposition de renvoi. Sa proposition, co-signée par plus de 50 membres, considère que le papier de position ne reflète pas l’avis de l’aile pragmatique et réformiste du parti.